Peu de fluctuations sur le marché français de l’instrumentation RF en 2014 selon l’étude Simtec

  • L’étude de marché réalisée par le Simtec révèle que le marché de l’instrumentation RF et micro-ondes se montre plutôt stable au fil des ans. Ce dernier n’a pas subi de très fortes fluctuations ces dernières années.

 

Après avoir connu une embellie en 2012 atteignant 10,4 millions d’euros contre 8,5 millions d’euros en 2011, le marché des générateurs de signaux RF et micro-ondes, évalué par l’étude du Simtec (*), a fléchi ces deux dernières années pour s’établir à 8 millions d’euros en 2014.

Le marché des analyseurs de spectre se montre plus stable entre 2009 et 2014, années durant lesquelles les ventes se situaient autour de 13 millions d’euros avec un léger pic à 15,7 millions d’euros en 2012.

Olivier Grimaud de Keysight Technologies note que ces deux segments de marché (intégrant l’instrumentation modulaire RF) sont très similaires. Il indique cependant qu’en sont exclus les générateurs arbitraires dont les ventes progressent fortement. Il note que l’absence de croissance sur ces marchés est dû au manque de grands projets impliquant des processus de test RF en France notamment dans le domaine spatial. Côté modulations, Olivier Grimaud relève qu’étonnamment les ventes de générateurs supportant des modulations analogiques baissent moins vite que prévu et représentent encore deux tiers du marché, et que, côté fréquences, le coeur du marché dépasse aujourd’hui les 6 GHz.

Le marché des analyseurs de réseaux RF et micro-ondes enregistrent la plus forte baisse du marché français de l’instrumentation évalué par le Simtec à 295 millions d’euros (en incluant le service). Il chute de 26 % passant, après être resté relativement stable de 2009 à 2013, de 11,4 millions d’euros en 2013 à 8,44 millions d’euros en 2014. Selon Olivier Grimaud, les bons chiffres de 2013 sont vraisemblablement à mettre sur le compte des investissements d’avenir consentis par le gouvernement pour relancer la recherche académique. Le responsable des ventes Europe du sud, Moyen-Orient et Afrique chez Keysight Technologies constate qu’un certain nombre d’instruments de laboratoire sont remplacés par des solutions portables de moindre coût et que, de ce fait, la décroissance constatée en 2014 est moins importante en volume qu’en valeur. Olivier Grimaud reste néanmoins confiant car les analyseurs de réseaux restent indispensables à la caractérisation des composants électroniques de nouvelle génération.

(*) Le Simtec est le Syndicat de l’Instrumentation de Mesure, du Test et de la Conversion d’Energie dans le domaine de l’Electronique. L’étude de marché qu’il réalise repose sur les déclarations de 24 de ses adhérents. Elle ne tient donc pas compte des ventes de constructeurs tels que Tektronix, ou Teledyne LeCroy. Mais le Simtec estime que cette étude constitue un « baromètre tout à fait valable » de l’état du marché du test et de la mesure électroniques.

 

Abo_newsletter_650x98