National Instruments (NI) a annoncé la version 2018 de LabVIEW.

National Instruments intègre de nouvelles fonctionnalités à la version 2018 de LabVIEW

  • A l’occasion de l’édition 2018 de NIWeek, sa manifestation qu’il organise chaque année à Austin, Texas, National Instruments (NI) a annoncé la version 2018 de LabVIEW, sa plate-forme logicielle de développement d’applications de test et mesure.
  • La nouvelle génération de LabVIEW, lancée lors de l’édition 2017 de NIWeek, LabVIEW NXG poursuit son évolution afin de faciliter le développement intuitif d’applications de mesures automatisées.

 
Chaque édition de NIWeek est l’occasion pour National Instruments d’annoncer une nouvelle version LabVIEW. La version 2018
met l’accent, selon National Instruments sur des fonctionnalités pour accroître la rapidité et l’efficacité de développement et augmenter la robustesse des systèmes.

LabVIEW 2018 rend possible l’intégration de davantage d’IP de tiers, d’outils tels que Python, afin de tirer parti des points forts de chaque IP existante ou package fourni par les acteurs concernés. De nouvelles fonctionnalités renforcent la fiabilité du code en automatisant la construction et l’exécution des logiciels à l’aide d’outils d’interface ouverte tels que Jenkins pour une livraison continue. Pour les applications recourant aux traitements par FPGA de nouvelles fonctions de deep learning sont proposées ainsi que des améliorations des opérations sur les nombres flottants.
 
# Principales nouveautés de LabVIEW 2018 :

  • Outils natifs pour la réutilisation des IP avec moins de recompilation, faciliter la distribution de code, automatiser les constructions (build) et l’exécution logiciel, simplifier la création d’algorithmes FPGA complexes et tirer avantage de nouveaux outils de compilation supportés sous Windows 10.
  • Appel de code Python en utilisant un nœud Python.
  • Réduction des efforts lors des mises à jour de version de LabVIEW par la rétro compatibilité du moteur Run-Time LabVIEW.
  • Possibilité de charger et d’exécuter des binaires et VI construits dans des versions antérieures sans avoir besoin de recompiler les VI.
  • Distribution des applications par la création de packages sous LabVIEW et les déployer à travers le NI Package Manager ou SystemLink.
  • Amélioration de l’interface de commandes en ligne pour automatiser l’exécution de VI, construire les EXE, effectuer des Mass-compile de VI ou autres.
  • Une intégration avec des Toolchains comme Jenkins.
  • Support des outils de compilation Vivado 2017.2 pour LabVIEW FPGA (Compilation locale Windows 10).
  • Bibliothèque virgule flottante pour la programmation FPGA.
  • Module FPGA 64 bits pour les cibles FPGA sur PXI.
  • LabVIEW cloud Toolkit pour Azure.
  • Support 64 bits pour le Traitement du signal avancé (ASPT) et toolkit Digital Filter Design (DFDT).

 
# La version LabVIEW NXG 2.0 se distingue selon National Instruments par :

  • Une réduction du temps de mise en route d’un système par un outil de visualisation graphique de la configuration matérielle et logicielle. Cet outil baptisé SystemDesigner va de la découverte du matériel, installation des drivers jusqu’à la documentation.
  • Augmentation de la collaboration et échanges avec les logiciels de test par l’adoption du format de package PKG, identique à celui de LabVIEW 2018 qui vont utiliser se format pour la distribution de codes.
  • Interopérabilité avec NI TestStand ou appel des DLL externes.
  • Construction d’exécutables et distribution du code source.
  • Affichage des données par un nouveau type de VI, les WebVI, basés sur le format web HTML et qui peut être déployé sur n’importe quel navigateur, PC, tablette ou téléphone sans la nécessité de Plug Ins ou installeurs.

 

Ban_AR